Trafic d’ivoire : 7 présumés trafiquants se retrouvent en prisons civiles de Lomé et de Kara

mai 7, 2021 :

Les trafiquants d’ivoire continuent d’utiliser tous les moyens illégaux pour décimer les éléphants malgré les sensibilisations et les textes juridiques sur la protection des espèces en voie d’extinction. En effet, les agents de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite…Afficher le reste

Les trafiquants d’ivoire continuent d’utiliser tous les moyens illégaux pour décimer les éléphants malgré les sensibilisations et les textes juridiques sur la protection des espèces en voie d’extinction. En effet, les agents de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Drogues et de Blanchiment (OCRTIDB) et du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) en collaboration avec EAGLE-Togo, ont arrêté mercredi 14 avril 2021 à Lomé, trois présumés trafiquants en possession de six défenses d’éléphants. Une autre opération d’arrestation des trafiquants d’ivoire a été réalisée à Kara par les agents de la Brigade de Recherche et d’Investigation (BRI) et du MERF toujours avec la collaboration d’EAGLE-Togo. Au cours de cette opération de Kara, quatre présumés trafiquants opérants dans le commerce illégal de l’ivoire ont aussi été interpellés le vendredi 23 avril 2021 en possession de quatre défenses d’éléphants.

Sept trafiquants spécialisés dans le trafic et la vente d’ivoire ont été arrêtés en flagrant délit de détention de défenses d’éléphants à la fois à Lomé et à Kara. Les ivoires saisies proviendraient essentiellement de certains pays voisins du Togo. Ceci dû à la porosité des frontières terrestres, avantageant du coup les criminels fauniques.
En effet, ces hommes appartiennent à un réseau international de trafic d’ivoire avec des connexions au Bénin et au Burkina Faso. A chaque personne, une tâche particulière. Chacun des sept présumés trafiquants interpellés a joué un rôle important dans l’achat et le convoyage des défenses d’éléphants à Lomé et à Kara.

Sur les sept présumés trafiquants, il y avait trois qui sont passés par les frontières du Bénin et du Togo pour se rendre à Kara avec quatre défenses d’éléphants et un qui est passé par la frontière du Burkina Faso pour se rendre à Lomé avec six défenses d’éléphants. C’est donc un groupe organisé de trafiquants d’ivoire au sein duquel, il y’a des démarcheurs qui sont chargés de faire passer les produits par les frontières.

Arrêtés pour flagrant délit de détention, de circulation et de la commercialisation illégale de produits fauniques à Lomé, les nommés BOUKARI Alassani, IDRISS Ali et TAMPALI Mamadou ont d’abord été placés en garde à vue avant d’être déférés le 20 avril 2021, à la prison civile de Lomé. Ils ont été présentés au procureur et ont reconnu les faits avant d’être déférés.
YOA Djima Didier, BADJASSAN Dissirama, YOKOSSI Denis, BADJASSAN Dimilina, ont pour ce qui les concerne, reconnu qu’ils ont fait venir les ivoires du nord du Bénin voisin et que ces quatre défenses d’éléphants appartiennent à un chasseur. Les quatre présumés trafiquants ont été d’abord conduits à la BRI et mis en garde à vue. Ils ont été auditionnés par la suite avant d’être présentés au procureur puis déférés le 26 avril 2021 à la prison civile de Kara. Les sept présumés déférés encourent une peine de prison allant d’un à cinq ans et d’une amende d’un million à 50 millions de Francs CFA.

Les présumé trafiquants de Lomé comme Kara ont été pris en pleine négociation de vente de défenses d’éléphants en provenance du Burkina Faso et du Bénin. A Lomé, ils ont dissimulées les défenses d’éléphants dans un grand sachet plastique et un pagne, puis le tout bien emballé dans un sac.

Des perquisitions aux domiciles des prévenus à Casablanca et à Agoè n’ont permis d’avoir aucun autre objet ou pointe d’ivoire. Dans leurs déclarations, les présumés trafiquants ont reconnu les faits qui leurs ont été reprochés. A Kara, les présumés trafiquants ont emballé les défenses d’éléphants dans un sac à céréales qu’ils ont soigneusement mis dans un autre grand sac à dos.
Pourtant, le nouveau code pénal dans son volet environnement renforce la protection de la faune et la flore.

L’article 761 de ce code dispose : « La destruction et la commercialisation, directe ou indirecte, sans droit d’espèces animales ou végétales protégées en vertu des dispositions législatives et réglementaires en vigueur et des conventions internationales auxquelles la République du Togo est partie est punie d’une peine d’un à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende d’un million à cinquante millions sans préjudice de toute autre disposition du présent code ».

Et, l’article 796 de ce même code d’ajouter : « Quiconque fait circuler, vend, importe, exporte ou fait transiter le animaux sauvages, vivants, des trophées sans autorisation est puni d’une peine d’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de cent mille à cinq cent mille francs CFA ou de l’une de ces deux peines »
Rappelons que le commerce international de l’ivoire est déclaré illégal depuis 1989, mais les populations d’éléphants d’Afrique continuent de décroître. Deux grands facteurs sont considérés comme étant la cause de cette baisse drastique de l’effectif des éléphants : d’une part, l’accroissement du braconnage lié à la forte demande internationale de l’ivoire et d’autre part, l’exploitation abusive des ressources naturelles nécessaires aux éléphants du fait de l’agriculture industrielle et des occupations anarchiques de leur habitat. (EAGLE-Togo)

(Visited 51 times, 1 visits today)

Mivasocial Africa - Commentaires

Laisser un commentaire

  • A Propos

  • Partenaires & Liens

  • Mivasocial - Le Réseau social Africain

    Mivasocial - Le Réseau social Africain

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • Language
    X Nous travaillons dur pour rendre les traductions disponibles et nous nous excusons pour toute erreur de traduction. Veuillez signaler toute erreur en nous contactant aujourd'hui. - Merci

    Choose a different Language

  • Aussi recommandés par nos lecteurs

  • Traduction


  • Connexion
  • Inscription
  • - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.